Les gouttes de Dieu, le manga qui donne envie de boire du vin !

01/11/2010

par

In: Nouvelles fraîches

Manga de Tadashi AgiVous avez peut être entendu parler de ce manga signé de Tadashi Agi et Shu Okimoto (publié en France par Glénat) ?

C’est une histoire merveilleuse. Un manga pour apprendre aimer à le vin, apprendre à le goûter, à découvrir les mystères de la vinification et des appellations.

L’intrigue est simple mais bien ficelée. A la mort d’un célèbre oenologue, son fils qui n’a jamais bu une goutte de vin de sa vie va devoir résoudre 12 énigmes oenologiques pour prétendre à hériter de la fabuleuse cave paternelle… Il aura à affronter un rival oenologue mais pourra compter sur le support d’une charmante apprentie sommelière…

L’histoire va les amener à déguster des vins des plus classiques aux plus extraordinaires et à nous faire partager leurs découvertes et leurs émotions.

Les dessins sont sobres, l’esthétique est parfaite. Le scénario bien mené mélant la fiction et les cours d’oenologie sans le moindre pédantisme et avec l’envie des auteurs de faire partager leur amour du vin et des émotions qu’il véhicule.   

Signe de la réussite de ce manga ? On imagine en le lisant les vins goûtés et on a vraiment envie de déboucher une bouteille pour trinquer avec les héros.  

J’imagine que cela aura converti de nombreux lecteurs en Asie aux joies des Bourgognes et des Bordeaux. C’est sans doute une bonne méthode pour faire découvrir à un jeune pulic toute la poésie que peut contenir un flacon de 75 cl.

Et pour les oenologues et les amateurs de vins, c’est sans doute la meilleure des façons de découvir le monde des manga !

Bonne lecture à tous.

Les avis clients arrivent chez BienManger

09/09/2010

par

In: Nouvelles fraîches

Pate de speculoos avisIl y a du nouveau chez BienManger.com : vous pouvez désormais noter et commenter vos produits préférés sur le site ou consulter l’avis des autres clients.

Pour déposer un avis et noter un produit, rien de plus simple : il suffit de vous connecter à votre client (ou de créer un compte gratuitement si cela n’est pas encore fait) et de vous rendre en bas de la page du produit en question.

Vous retrouverez également au sein de votre compte 2 nouvelles rubriques :

  1. Mes commentaires : où vous retrouverez tous les avis que vous avez laissés
  2. Commenter mes produits : où vous retrouverez la liste des produits achetés récemment et vous pourrez noter après dégustation

La notation des produits est immédiatement visible sur les listes (5 toques sous le bouton ajouter au panier) et sur les fiches (même principe sous la photo). Les commentaires se retrouvent eux en bas des fiches produits.

Enfin quand un membre de l’équipe donne son avis c’est indiqué. Etant donné que nous goûtons la plupart des produits  avant leur mise en ligne et que nous les utilisons aussi au quotidien (pratique l’épicerie de proximité) il nous a semblé intéressant de vous dire ce que nous en pensons et ce que nous en faisons.

avis pate de speculoos

Tiens, si on testait l’arome naturel basilic

Nous prenons doucement possession de notre belle cuisine toute neuve et en profitons pour faire des dégustations déjeunatoires. Les produits à goûter, ce n’est pas ce qui manque chez BienManger mais il est souvent compliqué d’en faire un repas, surtout pour la dizaine de convives qui constitue le très officiel comité de dégustation (qu’on ne s’y trompe pas, nous prenons vraiment cela très au sérieux même si on en profite pour passer un bon moment de convivialité). Nous avons donc décidé de cuisiner au moins une fois par semaine histoire de tester dans de bonnes conditions tout ce qui n’est pas prêt à consommer ou a réchauffer. Bon, pour le moment c’est un peu toujours moi qui m’y colle, mais j’espère faire naître des vocations.

Hier, j’avais donc préparé un flan de courgette tout simple histoire de tester l’arôme naturel de basilic qui vient d’arriver chez nous. Nous avions testé une huile essentielle de basilic la semaine dernière qui nous avait laissé une impression mitigée (pas disponible chez BienManger d’ailleurs) et nous attendions l’arôme au tournant. Je vous livre la recette dont je déplore les proportions peu fiables (j’ai tendance à cuisiner à l’œil plus qu’à la balance et en plus j’avais fait 4 flans pour pouvoir nourrir tout le monde)

Ingrédients (approximatifs) pour une petite terrine silicone Mastrad = 4 personnes

  • 3 œufs
  • 20cl de crème fraîche (on peut remplacer une partie par du lait pour faire un peu plus léger)
  • 40g de fromage râpé
  • 20g de parmesan
  • 3 courgettes
  • Quelques oignons nouveaux
  • Huile d’olive
  • Sel, poivre
  • Arome naturel de basilic (dosage impossible à donner : j’ai mis quelques pressions pour 4 petits flans mais combien de ml cela fait, mystère… J’ai dosé au goût pour cette première utilisation et dans l’urgence, j’ai oublié de mesurer, mea culpa)
  1. Couper les courgettes en lamelles assez fines (suffisamment pour bien leur faire rendre l’eau à la poêle mais pas trop pour garder de la texture et un joli aspect visuel dans le flan = j’ai fait entre 1 et 2 mm au couteau, mais les perfectionnistes sortiront la mandoline, ce que mes doigts douillets me déconseillent) et émincer les oignons nouveaux en gardant un peu de vert
  2. Faire revenir le tout à la poêle avec de l’huile d’olive à feu moyen à découvert (pour éliminer l’eau des courgettes autant que possible) pendant 10/15 minutes
  3. Battre les œufs en omelette puis incorporer la crème fraîche, le fromage, le sel, le poivre et l’arôme. C’est le bon moment pour goûter et adapter le dosage de l’arôme, sachant que la cuisson fait perdre un peu de force.
  4. Incorporer le contenu de la poêle à ce mélange et mettre le tout dans le moule en silicone (des cocotes individuelles pourraient être bien pour le service également)
  5. Mettre au four préchauffé à 180° pendant 35/40 min (chaleur tournante)

Ce flan peut se servir chaud (le laisser refroidir un peu dans le moule pour faciliter le démoulage et une meilleure tenue) ou froid (dans ce cas le laisser dans le moule au frais pendant au moins 4 heures – à préparer la veille idéalement)

Nous avons opté pour la version chaude agrémenté d’une confiture de poivrons épicée héritée d’un kit dégustation fromage de la Colina Toscana, un détournement qui s’est avéré bienvenu. On peut également l’accompagner d’un classique coulis de tomate qui accepterait volontiers un peu d’arôme basilic à mon avis.

Le résultat s’est avéré plus que concluant avec un basilic présent juste ce qu’il faut au goût bluffant de basilic frais. J’avoue avoir été un peu réticent aux arômes alimentaires avant de commencer à les tester mais cet essai m’a vraiment fait changer d’avis et j’ai hâte d’en essayer d’autres.

D’ailleurs, il faudra que je vous parle bientôt des mélanges d’huiles essentielles bio de Délices & Sens qui m’ont vraiment séduits.

J’allais oublier de vous parler de la très bonne bouteille qui a accompagné ce repas (raisonnablement, 1 bouteille pour 10). Il s’agissait d’un Barbera del Monferrato (italien donc) 2007 produit par Il Mongetto, mon producteur de sauce préféré (tiens encore un truc dont il faudra que je parle à l’occasion). Excellente surprise qui a fait l’unanimité et qui va rejoindre nos rayons dés que possible. Je n’ai pu en avoir qu’une caisse malheureusement et j’ai bien peur que tout soit déjà vendu avant même d’être livré. A 12.90€, c’est un rapport qualité prix imbattable et je sens que je vais déserter les vignobles français pendant quelques temps. Promis, je vais essayer d’en avoir plus très bientôt (dans le cas contraire, je risque de perdre des amis ici).

Ca y est : il est en stock ce merveilleux vin : on le trouve ici

Suite au prochain épisode.

Régime Dukan et son d’avoine

20/08/2010

par

In: Nouvelles fraîches

Mon secret minceur et santé - le miracle du son d'avoineJ’ai reçu la semaine dernière le nouveau livre du Docteur Pierre Dukan intitulé « Mon secret Minceur – le miracle du son d’avoine« . Un titre accrocheur qui a piqué ma curiosité. J’ai voulu voir ce qu’il apportait de plus que ses ouvrages précédents que j’avais déjà trouvé très intéressants.

Entièrement consacré au son d’avoine il se révèle être une mine d’information passionnante sur l’ingrédient central du régime Dukan. Il fait un point concis mais exhaustif sur les propriétés étonnantes du son d’avoine et sur son utilisation au cours des différentes phases du régime star du moment.

Je vous livre ici un petit résumé qui vous donnera certainement envie de tester ce produit miracle ou de vous convaincre définitivement si vous faites déjà parti des nombreux convertis.

Les propriétés du son d’avoine :

Le son d’avoine constitue la chemise qui protège le grain de l’avoine. Davantage encore que le grain d’avoine, cette enveloppe est sensible aux pesticides. Il est donc primordial de cuisiner du son d’avoine bio.

En effet, selon Pierre Dukan, les sons d’avoines ont des effets bénéfiques dans la lutte contre l’excès de cholestérol, les problèmes digestifs et le cancer. La principale vertu du son d’avoine est d’agir comme coupe-faim mais, surtout de permettre de perdre du poids rapidement.  En effet, les fibres du son d’avoine agissent comme une éponge et absorbent une grande partie des calories et nutriments, empêchant leur passage dans le sang.

Principes d’utilisation du son d’avoine selon Pierre Dukan:

Phase d’attaque : une cuillère à soupe quotidienne de son d’avoine

Phase de croisière : Une ou deux cuillères à soupe par jour selon le poids visé. Le son peut être ingéré sous de nombreuses formes : dans de l’eau, dans du lait, dans un yaourt, ou saupoudrer sur de la salade. Intégré à de la farine, il constitue une délicieuse farine de son d’avoine pour entrer dans la fabrication des pizzas ou de pain.

Phase de stabilisation : trois cuillérées à soupe par jour, aussi longtemps que l’on recherche une stabilisation et ce, si possible, à vie. »

Pour les gourmandes qui aiment les saveurs subtiles et originales, je vous conseille d’ajouter dans leur galette de son d’avoine, de délicieux arômes alimentaires.

Les arômes alimentaires naturels sont judicieusement mentionnés par Dukan pour faire du régime son d’avoine un moment de plaisir : arôme de tarte aux citrons meringuée, arôme de fève de  tonka ou encore arôme de cactus. Ces arômes liquides naturels, si prisés par les Grands Chefs, n’ont de limites que notre imagination à les incorporer à nos préparations…

Idée de recette son d’avoine

(adaptée du livre « Mon secret minceur et santé » de Pierre Dukan)

Préparation : 10 min
Cuisson : 5 min

Préchauffez le four à 180°C. Mixez le son de blé et le son d’avoine le plus finement possible puis réservez. Mettre dans un bol les blancs d’œufs avec les arômes, la stévia et le colorant naturel puis mixez le tout au batteur électrique jusqu’à ce que les œufs moussent bien, le fromage blanc, la Maïzena puis les sons et mixez encore une minute. Mettre le mélange dans le moule. Baissez à 150°C et enfourner à mi-hauteur 5 minutes en surveillant.

Bon appétit !

Une nouvelle recrue chez BienManger.com

09/07/2010

par

In: Comité de dégustation

Après les chèvres de Google, le lapin de BienManger.com

Après les chèvres de Google, le lapin de BienManger.com

Il n’avait pas envoyé de CV ni pris rendez vous à l’avance. Il s’est pointé mardi soir alors que nous nous apprêtions à fermer. Il a l’air assez motivé et veut s’inscrire dans la durée. Apparemment, il aurait décidé d’installer sa famille à proximité.

Bon, si nous le gardons, que pourrions nous lui faire faire?  Il semble intéressé par le poste de testeur de carottes à la cannelle, et veut bien ré-évaluer la mousseline de navet au miel. On a réussi jusque là à lui cacher le rayon des terrines de lapin. S’il les découvre, nous sommes bons pour une plainte auprès de la Direction du Travail.

Avez vous d’autres idées ?

PS : désolé pour la photo flou. Comme les nouveaux, il est encore timide et n’a pas voulu poser très longtemps… il s’est réfugié derrière les groseillers.

BienManger se met à l’édition

08/07/2010

par

In: Nouvelles fraîches

Livre spaghetti moleculairesBien entendu il s’agit de livres de recettes. Notre premier ouvrage sort tout juste de l’imprimeur et nous sommes vraiment heureux de voir ce projet qui nous tenait à cœur se réaliser. Il s’agit de « spaghetti et spaghettoni moléculaires » écrit par Laurent Fléchier et fruit d’une longue et enrichissante collaboration avec ce cuisinier amateur, musicien de métier et passionné de création. Ces qualités créatives s’étendent aussi à la photo et l’illustration des recette est vraiment de première qualité.

Au menu : 16 recettes originales utilisant la technique des spaghetti d’agar-agar. Pour faire simple : on mélange un liquide de son choix (sucré, salé) avec de l’agar agar, on porte à ébullition, on aspire le tout dans une seringue et on remplit des tubes en silicone alimentaire. Quand la température descend en dessous de 40°, il n’y a plus qu’à expulser les spaghetti (ou spaghettoni de plus gros diamètre). un jeu d’enfant pour un résultat vraiment étonnant, tant d’un point de vue gustatif que visuel. Un bon moyen de faire goûter et apprécier des aliments que vos enfants rebutent à manger.

Ce qui nous a particulièrement séduit au delà de la créativité sans limites de Laurent, c’est son approche radicale : de la cuisine moléculaire oui mais avec des ingrédients naturels et très souvent bio avec une combinaison improbable mais pour le coup réussie du goût, du spectacle culinaire et de la qualité nutritionnelle.

On retrouve pas mal d’influences de cuisine du monde (Japon, Thaïlande…), des classiques de la gastronomie française revisités et un vrai guide pratique pour réussir pas à pas toutes les recettes. Tout est expliqué pour créer ses propres recettes et improviser librement en s’affranchissant des contraintes techniques.

Toutes les recettes ont été maintes fois testées et approuvées et la plupart des ingrédients non courants utilisés se trouvent chez BienManger.

Je vous livre la liste des recettes histoire de vous mettre l’eau à la bouche :

  • Spaghetti de truite fumée et tagliatelles de courgettes
  • Poulet à la coriandre et spaghetti de lait de coco
  • Tartine de brousse et spaghetti de roquette
  • Pièce montée de haddock et spaghetti de citron
  • Petit Sablé et sa spirale de Goyave
  • Poires Pochées au Garam Masala et spaghetti de Muscat de Rivesaltes
  • Tagliatelles de Granny Smith et spaghetti de menthe
  • Tartelette ChocoSoja
  • Les ZanRoulés
  • Salade de mâche et spaghettoni de betterave
  • Fagots de Haricots verts et de Boeuf au Miso
  • Soupe de cresson et spaghettoni de poire
  • Ananas rôtis et spaghettoni de sirop de persil
  • Café Nantais 2010
  • Serpentin d’orange de noël, en gelée de thé
  • La Belle Province

Ne ratez pas Zone Interdite sur M6 le 14 juillet 2010 (rediffusé ensuite sur le net) qui proposera un long reportage sur la passion culinaire de Laurent Flechier.

Et si vous souhaitez en savoir plus sur son travail, un petit tour sur le blog de cuisine moléculaire qu’il tient depuis longtemps s’impose

Le jus de rhubarbe à l’honneur dans Figaro Madame

05/07/2010

par

In: On parle de nous

Nous sommes toujours ravis d’être cités mais particulièrement lorsqu’elle a si bon goût. Coup de chapeau à  Lucile Escourrou du Figaro Madame pour le choix de l’excellent (mais méconnu) jus de rhubarbe, un produit que nous adorons et que nous ne nous lassons pas de faire découvrir.

Le jus de rhubarbe dans Figaro Madame

De nouvelles étiquettes sur les produits alimentaires ?

29/06/2010

par

In: Nouvelles fraîches

A l’issue d’un travail de 18 mois, les députés européens ont voté un projet qui va apporter s’il est validé des modifications aux rêgles d’étiquettage des produits alimentaires.Etiquette bouillon ariake

L’idée générale est d’aller vers plus d’information et de transparence en indiquant par exemple systématiquement la valeur énergétique, la quantité de lipides, d’acides gras saturés, de glucides, de sucre et de sel mais aussi les quantités de protéines, fibres et acides gras ou encore le pays d’origine.

Jusque là, rien de très nouveau ni original. On pourrait même y être favorable modulo le fait qu’il va falloir à  tous les producteurs refaire leurs étiquettes d’ici au maximum 5 ans et que l’ajout de toutes ces informations ne va pas forcément faciliter la lisibilité des emballages. A quand d’ailleurs, un simple lien sur les paquets renvoyant à  un site internet pour avoir toute l’information ?

Mais certains experts craignent que cette proposition du Parlement Européen loi ne s’accompagne d’interdictions de publicité pour certains produits jugés trop riche en sucre ou en graisse. Dans le principe, l’idée est de lutter contre l’obésité et c’est très bien mais en pratique, il serait bête de déclarer ainsi la guerre à  des familles d’aliments. Oui les confitures sont riches en sucres (pès de 50%), oui, les charcuteries ou les fromages sont riches en matières grasses… pourtant ce ne sont pas les charcuteries, le fromage ou les confitures qui sont mauvaises mais leurs excès… et c’est le cas pour de nombreux aliments. Même l’eau ! Boire plusieurs litres d’eau (au delà  de 3) dans une même journée n’est pas bon pour la santé voire peut avoir des effets graves.

Alors je pense qu’il faut se garder d’une réponse simpliste (interdiction de publicité et diabolisation de certains produits) à  un problème complexe. Bien Manger est aussi une question d’éducation et d’apprentissage. Il faut apprendre à aimer différents aliments et à les consommer aux justes proportions.

Et puisque je parle d’étiquetage dans ce billet, je terminerai en regrettant les interdictions portant sur les allégations santé des aliments. En France et en Europe, on peut dire dans une encyclopédie que les clous de girofle ont des propriétés antiseptiques mais pas sur une étiquette d’un pot de clous de girofles. On peut publier un livre « Agar agar, le secret minceur des japonaises » mais on peut pas dire sur un pot d’agar agar que c’est un aliment minceur. On peut publier un livre intitulé « anticancer » et lister des ingrédients ayant des effets anticancer (sirop d’agave, jus de grenade, graines de lin, fruits et légumes variés, …) mais on ne peut pas dire la même chose sur les étiquettes de ces produits. Pourquoi cette censure ? Je comprends que l’on veuille éviter les dérives mais pourquoi tout censurer ?

Curieusement, le Parlement Européen n’a pas souhaité vraiment reconsidérer cette question.

En attendant, je vais me consoler avec une cuillère de giacometta tant que je peux la déguster sans culpabiliser sur son taux de sucre.

Non au saumon OGM

27/06/2010

par

In: Nouvelles fraîches

De quoi s’agit il ? C’est assez simple … La demande en saumon augmente… On a surpéché les saumons sauvages et ensuite on a commencé à  élever des saumons en captivité.  On pourrait d’ailleurs en parler car bien souvent, ces élevages ne sont pas exempts de critiques (saumons nourris de farines animales, fortes doses d’antibiotiques pour contrer les maladies qui ne manquent pas de survenir dans des zones avec de trop fortes concentrations de poissons… mais c’est un autre sujet).

Le problème des saumons d’élevage serait qu’ils ne grandissent pas assez vite. Et en particulier, il ne prennent du poids qu’en été.  L’idée géniale née aux Etats Unis serait de modifier l’ADN des saumons pour introduire un gène d’un autre poisson qui permettrait aux saumons de prendre du poids l’hiver. On aurait ainsi des saumons commercialisables à  partir de 16 mois au lieu de 3 ans. L’inventeur du saumon OGM (Aquabounty) clame que cela est sans danger et la FDA – Food and Drug Administration des Etats Unis – est en train d’étudier le dossier.

Et moi, je trouve cela révoltant.  Arrêtons de jouer aux apprentis sorciers avec la nature et notre nourriture.  La course au productivisme en élevage et en agriculture a trop souvent débouché sur des gachis :  les oeufs de poules en batterie sont carencés en omega 3, les viandes des élevages intensifs sont aussi carencés en omega 3, les farines animales et les hormones de croissance ont montré leurs limites… Je ne veux pas d’animaux OGM …  Du strict point de vue gustatif et nutritionnel, la preuve a été faite 100 fois de la meilleure qualité des méthodes d’élevage traditionnel. Il est temps d’ouvrir les yeux. 

A titre personnel, je peux témoigner que je n’ai jamais retrouvé la délicatesse du goût des truites que je pêche dans les torrents de l’Aubrac avec les truites d’élevage. Certes, elles n’ont pas la taille des saumons et elles doivent grandir lentement.  En plus, elles ne se laissent pas attraper ou alors je ne suis pas très doué…

On pourrait aussi remarquer que la FDA a du temps pour étudier le saumon OGM mais n’a pas de temps pour étudier la compatibilité des normes US et des normes européennes dans le domaine de l’alimentation (faute sans doute partagée par l’administration bruxelloise) ce qui a pour effet d’interdire toute entrée des produits du terroir européens aux USA, qui ne comportent pourtant aucun risques. 

Je pense que nous ferions d’apprendre ou de ré-apprendre à  manger moins, à  manger mieux ou à  bien manger 🙂  et apprendre à  manger en fonction des saisons et des contraintes de la nature.

PS : je précise en fin de ce post que sur BienManger.Com, nous avons choisi de proposer des saumons fumés d’élevage bio venant d »Ecosse, des saumons fumés Label Rouge  et un saumon sauvage cuisiné à  l’huile d’olive. Et que nous ne proposerons jamais de saumon OGM. 

Le secret bien gardé des équipes Sud Américaines ?

23/06/2010

par

In: Nouvelles fraîches


/* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name: »Tableau Normal »; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent: » »; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family: »Calibri », »sans-serif »; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin;}

 

mate taraguiAprès la défaite des français face au Mexique et à  l’Afrique du Sud, l’équipe BienManger a décidé d’analyser les raisons du succès de certaines équipes d’Amérique du sud.

 Uruguay , Argentine et Brésil vont terminer premiers de leur groupe. Auraient-ils trouvé une formule miracle?

 Nous avons mené notre petite enquête et nous avons une piste !!!  Uruguayens, Brésiliens et Argentins sont des gros buveurs de mate.

L’herbe de maté pousse sur les bords du Rio de la Plata. Le mate est riche en minéraux et en antioxydants. Il se consomme comme un thé et se fait généralement infusé dans des calebasses. Il se boit alors à  l’aide d’une sorte de paille métallique que l’on appelle la bombilla.

 

  A coup sûr, cette herbe magique doit stimuler les qualités naturelles des footballeurs.  Chez les indiens d’Amérique, le maté est un symbole d’amitié et de partage, nous y voyons une des raisons du jeu collectif et fluide développé par ces équipes.

Si nos prédictions sont bonnes, la finale ne pourrait être qu’un Brésil  » Argentine avec éventuellement l’Uruguay en trouble-fête ?

Si cela se réalise, il ne nous restera plus qu’à  téléphoner à  Laurent Blanc pour proposer d’instituer des pauses mate pendant les entraînements à  Clairefontaine.